lundi 15 janvier 2007

Mon premier Amour "Hbibi Lawel" (2ème partie)

Chapitre précédent : http://tunisdivagation.blogspot.com/2007/01/mon-premier-amour-hbibi-lawel-1re.html

En retournant à ma classe, j’ai regretté de ne pas avoir gardé un des cahiers de Malek, ainsi je pourrais avoir une excuse pour la revoir.

Le lendemain matin j’ai récupéré une copie de son emploi du temps (en libre circulation chez la plupart des garçons) et dès que la sonnerie de la recréation de 10:00 h à sonné, je me suis dirigé en direction de sa classe. Comme elle n’est pas encore sortie, j’ai fait le va et viens, simulant quelqu’un de passage jusqu’à ce que finalement elle apparaisse avec ses copines.

A sa vue, j’ai fait semblant d’être surpris, je l’ai salué, elle m’a remercié et j’ai entamé une discussion tout en l’accompagnant vers la cour principale (oui rok3a, je sais que vous le pensiez).

Malek était un peu ronde, pas trop grande et avec une remarquable poitrine saillante par rapport aux autres filles. Elle était belle, blanche comme une perle, avec des petites lèvres roses ; sa coupe de cheveux courte lui donne un aspect de bébé, sa voix était tellement douce, que je pourrais dormir apaisé uniquement en l’écoutant parler.
Elle était timide, parlait peu et comme elle ne fréquentait pas les garçons, j’étais un candidat de compagnie idéal puisque j’étais aussi l’ami de son frère.

Au début, je n’avais vraiment aucun sentiment spécial envers elle, juste le plaisir de s’afficher avec une fille, mais par la suite, on s’est habitué à se voir pratiquement tous les jours, pendant les deux recréations, celles de 10:00h et de 16:00h et on rentrait même ensemble à chaque fois que nos emplois du temps le permettait (elle habitait Le Bardo aussi); mais peu à peu les choses ont commencé à changer.

A sa vue des palpitements me prenaient au cœur, à son absence, un malaise au ventre. Il suffisait d’un sourire, pour m’enivrer toute la journée de bonheur.
De même je sentais un très grand intéressement de son côté et si pour une raison ou une autre je m’absentais à notre rendez-vous, c’est avec des inquiétudes qu’elle me rencontrait, la fois suivante.

Cette année scolaire, a été très superbe, un amour partagé, caché, non avoué. Un Amour réellement platonique sans attirance physique, sans toucher, sans baiser. Rien que des regards, des longs regards ; ainsi j’ai commencé à adorer les yeux des femmes et à entamer mon apprentissage au langage des yeux.
Des flux de sentiments nous submergeaient, qui voulaient dire beaucoup de choses sans rien prononcer.

L’arrivée des vacances du printemps a été notre premier test de sentiments. Notre séparation de deux semaines a été éternelle, jamais je n’ai été plus ennuyé que pendant ces vacances. Je ne pouvais même pas lui téléphoner, puisqu’elle n’était pas chez elle pendant toute la période des vacances. Un test très dur pour moi, pour elle aussi sûrement.

A la veille de retour en classe, je n’ai pas pu dormir, son image, son visage, son sourire, sa voix ne voulais pas disparaître de mes pensées, je voyais notre rencontre de demain, je me voyais la tenir fortement, la serrer contre mes bras, l’embrasser partout, l’embrasser sur ses lèvres qui me devenaient irrésistibles.

Le lendemain au lycée, je l’attendais devant le portail principal, elle arriva, toute souriante, elle m’a tendu la main pour me saluer, j’ai pris sa main, je l’ai serrée, et j’ai approché mon visage de sa joue satinée et sans lui laisser le temps de réagir je lui ai donné ma première bise officielle.

Telle fut ma première histoire d’Amour avec Malek.

A suivre …..

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

4 commentaires:

Nina louVe a dit…

C'est vrai qu'elles sont délicieusement affriolantes ces premières palpitations.

Merci de nous les faire rêver Téméraire.

Asma a dit…

Témaraire :), c'est vrai que le premier amour jette dans le coeur de profondes racines, et puis chose bizarre que je découvre dans ton histoire, que pour les filles comme pour les garçons le premier syndrôme de l'amour, du premier et du vrai c'est la timidé!

Anonyme a dit…

Ton post m'a rappelé aussi mes très chers souvenirs enfuits au fin fond de ma mémoire..moi aussi j'étais au lycée Kaznadar, mais j'étais bcq moins agé que toi apparament..
Bref, merci pour cette belle escapade, et on attend la suite de ton post "Mes premiers pas.."
Merci..

la lycienne a dit…

Merci de nous avoir fait part de tes premiers pas vers l'amour. je te remercie infinimement:en lisant ton histoire j'ai eu l'impression que j'ai pas encore quitté le lycée de kaznadar.

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic