vendredi 27 avril 2007

La CNAM : le Cadeau Empoisonné

Depuis 2004, le Gouvernement Tunisien a pris une excellente décision en créant la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) dont les principaux objectifs sont :

- La sauvegarde des équilibres financiers des caisses de protection sociale qui sont au bord du déficit en maîtrisant les dépenses de santé.
- L’amélioration du bien être de l'assuré social au moyen d'une meilleure prise en charge de la maladie
- L’accessibilité de tous les assurés sociaux aux soins sans aucune restriction.
- Le perfectionnement de la qualité des soins aux affilés et leurs ayants droit.

Pour cela plusieurs dispositions on été prises :
- La création d’un seul organisme gestionnaire, la CNAM et un régime complémentaire laissé aux soins des assurances privés.
- La hausse des cotisations des adhérents actifs et retraités.
- Le classement des médicaments remboursables par catégories
- L’instauration du ticket modérateur en faveur de l’assuré.

- Le pilotage des consultations par le médecin référant ou de famille;

- L’instauration au sein de la CNAM d’un contrôle médical pour prévenir les éventuelles malversations et les abus.

- L’incitation des médecins à prescrire les médicaments génériques au lieu des médicaments «principes»

Mais et il y a toujours un MAIS, tous les concernés ne voient pas les choses du même œil puisque le premier concerné, le Corps Médical (médecins, pharmaciens, biologistes …), juge qu’il n’a pas été suffisamment consulté et d’énormes problèmes sont apparus :

- Rupture entre Médecins Généralistes et Spécialistes et création d’un nouveau Syndicat Tunisien des Médecins Spécialistes Libéraux : les Spécialistes refusent le passage obligatoire de l'assuré par le médecin de famille Généraliste. Ils sentent qu’ils vont dépendre des décisions de ces derniers qui risquent de monopoliser le malade et de leur référer parfois aux derniers stades de la maladie. A noter que certaines consultations telles que des ophtalmos, des pédiatres, des gynécologues sont exonérés du passage du Généraliste.

- La CNAM refuse de négocier avec le nouveau Syndic STMSL, sachant que le nombre de Spécialiste dépasse les généralistes.

- La STMSL soumet un nouveau projet négociable qui tient en compte de leurs intérêts en critiquant le projet actuel comme étant déontologiquement inacceptable.

- Les Pharmaciens d’Officine rejettent aussi le projet de réforme, leur syndicat estime qu’il n’a pas été tenu compte de son avis sur des points litigieux qui regardent le financement de l’informatisation, le surcoût du personnel à engager pour la gestion informatique et d’autres problèmes d’ordres techniques.


Les plus grandes reproches à ce projet sont les suivantes et elle concernent aussi bien le corps médical que le CITOYEN:

- Risque de baisse de la qualité des soins par souci d’économie.

- Obligation du malade à choisir son médecin généraliste pour toute une année. Est si ce malade a un conflit avec son généraliste et il veut changer de médecin ?

- Le passage obligatoire par le généraliste avant toute consultation spécialisée, crée une double consultation et aura un effet inflationniste sur le coût des soins médicaux au lieu des le réduire.

- La tarification des soins et le mode de paiement des praticiens. Le STMSL pense que seul le Conseil National de l’Ordre des Médecins peut évaluer le coût d’un acte médical.


- Le principe du ticket modérateur, qui consiste à percevoir 1/3 du montant de la consultation de la part du malade et le reste par la CNAM après des démarches administratives, n’est pas accepté.
Imaginez le médecin spécialiste qui doit être payé à environ 8,300 DT (1/3 de la consultation) et qui doit rendre la monnaie d’un billet de 10,000 DT.
Désolé monsieur le malade, je ne vous accepte pas, aujourd’hui je n’ai pas de monnaie ou encore, la prochaine fois, je te rendrai la monnaie.
Très amusant.

- Le Drainage de masse des malades va réduire le temps de consultation au strict minimum, ce qui va influer sur la qualité des soins.

- Le CNAM propose des forfaits de soins plafonné pour chaque assuré (Article 7 de la convention sectorielle). Que se passera-t-il en cas de complications imprévues ?

- Un seul médecin traitant doit prendre en charge le malade pour le payement et si en cas d’opération chirurgicale, ce premier se trouve confronté à un autre problème qui nécessite l’intervention d’un autre spécialiste, qui le payera ? (Article 85)

- Imaginez un malade qui a atteint son plafond de forfait sans que le médecin le sache. Il va consulter, le médecin envoie sa note d’honoraires à la CNAM et cette dernière lui répondra : Sorry, ce malade a atteint son plafond, on vous paye pas.

- Le médecin ne répondra plus aux téléphones des malades le soir et n’ira pas en consultation d’urgence, puisqu’il sera toujours payé au même tarif que celui du cabinet. Pourquoi devrait-il se déranger le soir ?

- Le médecin doit suivre littéralement des protocoles thérapeutiques élaborés par le Ministère de la Santé Publique, s’il veut faire autrement, il doit faire un écrit au CNAM et avoir son aval (quelle perte de temps), si la procédure proposée par le médecin n’est pas acceptée même la consultation ne sera pas payée. Les médecins ne prendront plus la peine de suivre les évolutions médicales. Ils se borneront aux protocoles prédéfinis. Un esprit anti-scientifique. (Article 10 de la convention sectorielle)

- Le médecin est tenu d’opter pour les soins et les médicaments les moins couteux (Article 50 de la convention sectorielle). Moins couteux Vs plus couteux et un différend qui est géré par la qualité, sinon pourquoi le MSP acceptera-t-il qu’il y aurait sur le marché des médicaments plus couteux que d’autres traitant la même maladie.

- (Article 94) : La caisse procède au paiement du médecin dans un délai maximum de 15 jours à compter de la date de réception de la note d'honoraires

- (Article 96) En cas de non paiement du médecin après un délai de 30 jours qui suit la réception de sa note d’honoraire et sur sa demande la caisse procéde dans les 48 heures qui suivent au payement d’avance de 80% du montant total. POURQUOI SUR SA DEMANDE, pourquoi ce n’est pas automatique ??????? (c’est typiquement tunisien)

- Les dispositions de l'Article 96 ne sont applicables qu'à partir du du deuxième semestre qui suit en vigueur l'entrée de la convention entre le médecin et la CNAM (Article 136): ça signifie que pendant six mois, le médecin ne sera pas payé. Comment vat-il vivre et payer ses charges pendant ces 6 mois? (par le 1/3 de la visite : on va voir les médecins mendier)


Je m’arrête là il y a trop d’aberrations.

Ce qui aurait du être une aubaine pour l’Etat et le Citoyen risque d’être une Vraie Catastrophe.

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

18 commentaires:

SWORDEDDINE a dit…

D'une part il est clair et net que ça n'a pas été rédigé par des médecins spécialistes, le problème avec ce genre de décisions est que la théorie ne rejoint jamais la réalité du terrain et les fonctionnaires de l'état qui font de telles procédures n'ont rien à voir avec les médecins praticiens. La santé va désormais emprunter un chemin sinueux et bourré d'obstacles, ma grande peur,depuis que j'ai entendu parler du projet reste la baisse de qualité des prestations médicales et de la régression des véritables compétences, parce que si la médecine est ce qu'elle est aujourd'hui en Tunisie c'est entre autres dû aux honoraires perçus par les médecins (qui sont parfois exorbitants pour quelqu'un qui ne bénéficie pas d'une assurance maladie) et la CNAM vise aussi la transparence des déclarations d'impôts des médecins qui en général ne sont pas du tout réalistes.
Les généralistes ne peuvent que s'en réjouir, désormais en Médecine vaut mieux échouer au concours de résidanat pour être mieux rémunéré après !

Bilel a dit…

A mon avis, tout est problème de malhonnêteté.

...le Corps Médical (médecins, pharmaciens, biologistes …), juge qu’il n’a pas été suffisamment consulté...
Le souci majeur de ces gens c'est qu'ils sous un contrôle sans faille (ou presque?) et qu'ils vont devoir déclarer leurs revenus exacts et payer les impôts relatifs, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. La majorité des médecins ne déclarent que 60% ou moins du volume de leur activité. On va voir dans ce qui suit comment ils vont défendre ça sous la couverture des contraintes techniques et organisationnelles.

Les Pharmaciens d’Officine rejettent aussi le projet de réforme, leur syndicat estime qu’il n’a pas été tenu compte de son avis sur des points litigieux qui regardent le financement de l’informatisation, le surcoût du personnel à engager pour la gestion informatique et d’autres problèmes d’ordres techniques.
Le PDG actuel de la CNAM est l'ex-PDG de la PCT (Pharmacie Centrale de Tunisie). Je ne pense pas qu'il ait pu omettre ces détails. Aussi, parmi le comité de réflexion qui s'est constitué aux débuts de cette idée de lancement de la CNAM, il y avait plusieurs membres représentant le secteur pharmaceutique dans toutes ses spécialités.

La tarification des soins et le mode de paiement des praticiens. Le STMSL pense que seul le Conseil National de l’Ordre des Médecins peut évaluer le coût d’un acte médical.
Je pense qu'on doit commencer par concrétiser ça avant de parler d'un effet inflationniste sur le coût des soins médicaux ou de baisse de la qualité des soins par souci d’économie. De toutes les façons, les tarifs appliqués actuellement ne sont pas à la portée de tout le monde.

Imaginez le médecin spécialiste qui doit être payé à environ 8,300 DT (1/3 de la consultation) et qui doit rendre la monnaie d’un billet de 10,000 DT.
Je n'ai pas beaucoup de temps à consacrer à ce genre de remarques. Je pense que nous ferons mieux de nous concentrer sur des vrais problèmes. Avec la révision des tarifs, le 1/3 de la consultation peut être 5DT par exemple. Sinon ne vous inquiétez surtout pas, on va engager des gens qui feront le tour des cabinets pour distribuer les quantités suffisantes de monnaie. Franchement...

Le Drainage de masse des malades va réduire le temps de consultation au strict minimum, ce qui va influer sur la qualité des soins.
Oui, d'ailleurs le temps alloué aux consultations actuellement n'est pas fameux. C'est normal. Le médecin passe 40% de son temps au cabinet, le reste en déplacement dans les cliniques et les hôpitaux. Il faut bien arrondir le salaire!

Le médecin ne répondra plus aux téléphones des malades le soir et n’ira pas en consultation d’urgence, puisqu’il sera toujours payé au même tarif que celui du cabinet. Pourquoi devrait-il se déranger le soir ?
Si on suppose que, le pauvre, il va travailler moins que d'habitude et que les tarifs seront révisés à la baisse, il va devoir faire des heures supplémentaires...

Les médecins ne prendront plus la peine de suivre les évolutions médicales. Ils se borneront aux protocoles prédéfinis. Un esprit anti-scientifique.
Rien ne dit qu'aujourd'hui nos médecins suivent cette évolution. Rien ne dit non plus que ces protocoles prédéfinis ne vont pas évoluer pour suivre l'avancée scientifique.

Moins coûteux Vs plus coûteux et un différend qui est géré par la qualité, sinon pourquoi le MSP acceptera-t-il qu’il y aurait sur le marché des médicaments plus coûteux que d’autres traitant la même maladie.
Au jour d'aujourd'hui, il y a des traitement au même effet et qui coûtent plus ou moins cher les uns que les autres. Va demander au MSP pourquoi ça se passe comme ça actuellement, après on en reparlera.

La caisse procède au paiement du médecin dans un délai maximum de 15 jours à compter de la date de réception de la note d'honoraires.
Il y a un problème? Peut-être plus grave du coté du malade à mon avis... Dans quels délais tu te fais rembourser par ta compagnie d'assurance toi ?

En cas de non paiement du médecin après un délai de 30 jours qui suit la réception de sa note d’honoraire et sur sa demande la caisse procède dans les 48 heures qui suivent au payement d’avance de 80% du montant total. POURQUOI SUR SA DEMANDE, pourquoi ce n’est pas automatique ?
Déjà pourquoi ça va dépasser 30 jours si on a dit précédemment que ça sera dans un délai maximum de 15 jours...

Les dispositions de l'Article 96 ne sont applicables qu'à partir du deuxième semestre qui suit en vigueur l'entrée de la convention entre le médecin et la CNAM (Article 136): ça signifie que pendant six mois, le médecin ne sera pas payé. Comment va-t-il vivre et payer ses charges pendant ces 6 mois? (Par le 1/3 de la visite : on va voir les médecins mendier)
Un rappel de l'Article 96 s'impose : En cas de non paiement du médecin après un délai de 30 jours qui suit la réception de sa note d’honoraire... tu penses que ça sera toujours le cas?

Ce qui aurait du être une aubaine pour l’Etat et le Citoyen risque d’être une Vraie Catastrophe.
Comme tout projet d'ailleurs... Je cite le transport public par exemple, ça aurait pu être une aubaine pour l'état et pour le citoyen, ne me dis pas que ce dernier n'a pas la grande part de responsabilité dans l'état actuel des choses...

TUNISIENDOCTOR a dit…

http://tunisiendoctor.blogspot.com/2007/04/je-quitte-tn-blogs.html

TUNISIENDOCTOR a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
CITIZEN a dit…

Excellente note.

TUNISIENDOCTOR a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

qui va arrêter cette lame de fond?
qui va stopper cette cata annoncée?

Dommage!
dommage!

Joy... a dit…

Un sujet d'interet capital et d'evidente actualité.
Merci Téméraire encor une fois,
Les problèmes du CNAM apparaiteront encor plus ds une année, après la mise en oeuvre et la pratique comme vient de l'expliquer swordeddine.
Celà dit en tant k'experience, elle est à féliciter et ce n'est pas facile de trouver un compromis entre tant d'interets pas forcement concordants.

LESBI a dit…

http://tunisia-lesbienne.blogspot.com/

Big Trap Boy a dit…

Personnellement je suis pour la CNAM à 100%, il ne faut pas croire que les choses dans leur état actuel sont bien meilleures que le nouveau projet (loin de là!)

Les médecins ET les pharmaciens ont été consultés tout au long du processus de création du projet, ce qui les gène surtout c que ça va réduire leur marge trés confortable d'évasion fiscale. C'est quand même du vol à grande échelle ce que fait la majorité des médecins et plein d'autres professions libérales à l'égard des finances publiques et c'est "ezzawwéli" qui va payer pour eux en fin de compte!

Téméraire V5.0 a dit…

@SWORDEDDINE : Justement, le problème le plus grave, c’est qu’il y a beaucoup de Flou, rien n’est clair, ni pour le médecin, ni pour le citoyen, on cache des choses, comme si on prépare des pièges. Ce qui est sûr, c’est que la qualité des soins chez les médecins Généralistes ou Spécialiste va chuter, même si les médecins ne le déclarent pas.
Dire que les honoraires des médecins sont exorbitants est relatif, parce que les tarifs des prestations sont fixés par le Conseil de l’Ordre des Médecins dans une fourchette max/min. Qui veut allez au meilleurs des spécialistes, il doit payer le Max, sinon, il y a des médecins qui manquent de patients.
Certains Médecins passent à la fourchette max afin de réduire le nombre de patients et pour pouvoir donner plus de temps à chaque consultation.
Tout le corps du métier libéral fait des fausses déclarations d’impôts : Médecins, Avocats, Architectes, Experts-Comptables et même la plupart des entreprises, il n’y a que les fonctionnaires (étatiques et privés) qui payent le plein impôt puisque la retenue est opérée directement sur le salaire. Donc accuser uniquement les Médecins, n’est pas Fair Play, sachant que réellement c’est point qui les dérange vraiment outre de devenir des pseudo-fonctionnaires de la CNAM

Téméraire V5.0 a dit…

@Bilel : Je ne comprends pas si tu t’attaques au Médecin ou tu défends la CNAM.

Le souci majeur de ces gens c'est qu'ils sous un contrôle sans faille (ou presque?) et qu'ils vont devoir déclarer leurs revenus exacts et payer les impôts relatifs, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. La majorité des médecins ne déclarent que 60% ou moins du volume de leur activité. On va voir dans ce qui suit comment ils vont défendre ça sous la couverture des contraintes techniques et organisationnelles.

60%: tu as des statistiques? Comme je viens de le dire à Swordeddine (voir mon commentaire précédent), ce n’est pas uniquement les médecins qui font des fausses déclarations.
Mais, ne t’inquiète pas les bons médecins ne vont pas cotiser à la CNAM, ils vont toujours travailler, ils ne perdront pas leurs clientèle et ils continueront à faire leurs fausses déclaration comme tout citoyen respectable à métier libéral en Tunisie


Le PDG actuel de la CNAM est l'ex-PDG de la PCT (Pharmacie Centrale de Tunisie). Je ne pense pas qu'il ait pu omettre ces détails. Aussi, parmi le comité de réflexion qui s'est constitué aux débuts de cette idée de lancement de la CNAM, il y avait plusieurs membres représentant le secteur pharmaceutique dans toutes ses spécialités.

Si ces membres ne sont pas agrées par le syndic des pharmaciens, c’est qu’ils ne les représentent pas. Dans ce cas pourquoi n’y a-t-il pas négociation avec le syndic des médecins spécialistes ?

La tarification des soins et le mode de paiement des praticiens. Le STMSL pense que seul le Conseil National de l’Ordre des Médecins peut évaluer le coût d’un acte médical.Je pense qu'on doit commencer par concrétiser ça avant de parler d'un effet inflationniste sur le coût des soins médicaux ou de baisse de la qualité des soins par souci d’économie. De toutes les façons, les tarifs appliqués actuellement ne sont pas à la portée de tout le monde.

Ceux qui ne peuvent pas se permettre le soin des médecins privés, peuvent se diriger aux Hôpitaux, je ne vois pas le problème. On doit commencer à concrétiser pour juger : Tel projet dans le monde entier ne sont pas évalués de cette façon, il faut que le projet ait le maximum de chances et d’atouts pour réussir, Tiens ça me rappelle le Nième projet de réforme de l’enseignement.

Je n'ai pas beaucoup de temps à consacrer à ce genre de remarques. Je pense que nous ferons mieux de nous concentrer sur des vrais problèmes. Avec la révision des tarifs, le 1/3 de la consultation peut être 5DT par exemple. Sinon ne vous inquiétez surtout pas, on va engager des gens qui feront le tour des cabinets pour distribuer les quantités suffisantes de monnaie. Franchement...

Ce sont des problèmes d’ordre pratique comme ceux de la paperasse à remplir ou la lettre explicative pour tout acte non nomenclaturé.
Pour info, le tarif est actuellement fixé à 25,000 DT.


Oui, d'ailleurs le temps alloué aux consultations actuellement n'est pas fameux. C'est normal. Le médecin passe 40% de son temps au cabinet, le reste en déplacement dans les cliniques et les hôpitaux. Il faut bien arrondir le salaire!

Tu me fait rire, d’où est-ce que tu tire ces 40% ?. et les Hôpitaux ?.
Pour ton information, les médecins travaillent dans leurs cabinets et peuvent avoir des urgences ou des consultations dans les cliniques, ils sont organisés par exemple de passer la matinée à la clinique, bien sûr pour travailler et ce permettre du luxe et des voyages ensuite rentrer à son cabinet.
Sache mon ami, qu’être un médecin c’est un engagement avant tout, que le médecin parfois ne mange pas à midi, parce qu’il a des patients à soigner, qu’il rentre tard, parce qu’il a encore des patients et ne peut pas leurs dire revenez demain et qu’il est appelé à 2:00h du matin pour une urgence, et qu’il est appelé le samedi à 16:00h lorsqu’il est avec ces enfants et que dans tous ces cas, il doit être présent auprès de ces malades pas pour l’argent mais pour le serment qu’il a fait d’être toujours disponible.
A propos, les médecins en libre pratique ne peuvent pas soigner aux Hôpitaux sauf en volontariat gratuite (et certains le font)

Si on suppose que, le pauvre, il va travailler moins que d'habitude et que les tarifs seront révisés à la baisse, il va devoir faire des heures supplémentaires...

Ben, tu n’aura qu’à essayer quand le système sera mis en marche.

Rien ne dit qu'aujourd'hui nos médecins suivent cette évolution. Rien ne dit non plus que ces protocoles prédéfinis ne vont pas évoluer pour suivre l'avancée scientifique.

Répondre ainsi, démontre que tu es loin du monde médical. En Tunisie et à l’étranger, il y a chaque années plusieurs séminaires et ateliers de formations auxquelles participent les médecins à leurs propres frais, outre les formations spécialisées qu’ils peuvent suivre pour décrocher de nouveaux diplômes.

Au jour d'aujourd'hui, il y a des traitement au même effet et qui coûtent plus ou moins cher les uns que les autres. Va demander au MSP pourquoi ça se passe comme ça actuellement, après on en reparlera.

Tu viens de reprendre la même question que je viens de poser !!!!!!!!

Il y a un problème? Peut-être plus grave du coté du malade à mon avis... Dans quels délais tu te fais rembourser par ta compagnie d'assurance toi ?

Je ne comprends pas ton raisonnement, tu vas au garagiste réparer ta voiture et tu lui demande de t’attendre pour le payer parce que l’assurance ne t’as pas encore remboursée. Tu raisonnes comme si lorsque tu vas chez le docteur, tu lui rends service.

Déjà pourquoi ça va dépasser 30 jours si on a dit précédemment que ça sera dans un délai maximum de 15 jours...

Parce que le système est Flou, parce que après il faudrait soudoyer les mecs de la CNAM pour que tu sois payé à temps, parce qu’on ne sait pas faire les choses correctement ….

Un rappel de l'Article 96 s'impose : En cas de non paiement du médecin après un délai de 30 jours qui suit la réception de sa note d’honoraire... tu penses que ça sera toujours le cas?

Si tel article est prévu, ça sera la règle générale : Marhba bik fi touness

Comme tout projet d'ailleurs... Je cite le transport public par exemple, ça aurait pu être une aubaine pour l'état et pour le citoyen, ne me dis pas que ce dernier n'a pas la grande part de responsabilité dans l'état actuel des choses...

Là franchement je suis complètement à côté de la plaque : peux-tu m’expliquer comment tu vois la responsabilité du citoyen dans le problème du transport en comment ? je n’ai pas pigé.

Téméraire V5.0 a dit…

@Anonyme : On n’a pas le choix que d’attendre, prendre le train en marche, subir les conséquences, apprécier les réajustements et espérer que les choses iront dans le bon sens recherché par l’esprit du projet même.

@Joy : C’est une très bonne initiative, seulement les mécanismes mis en marche sont insuffisants et les tensions crées avec les médecins spécialistes sont inutiles, le problème c’est qu’on utilise la politique: 3ijbek walla tayer garnek.

@LESBI : sorry, c’est pas mon truc.

@Big Trap Boy : Je suis aussi pour la CNAM, les médecins sont pour la CNAM mais pas avec la méthode actuellement préconisée.
Tu acceptes toi, de ne pas être payé pendant 6 mois ?, tu acceptes qu’on ne te paye pas dans les délais convenus ? tu acceptes que tu envoi ta honoraire et qu’on te dise, sorry, tel malade a dépassé son forfait on va pas te pâyer, tu acceptes de demander un protocole thérapeutique ou un acte spécial et s’il est refusé tu ne seras pas payé de ta consultation?
Tu acceptes de prendre en charge le malade, de facturer toutes les interventions même des autres spécialistes, d’attendre que tu sois payé ensuite que tu fasses une réunion avec les autres médecins pour les payer tout en calculant ce que tu vas encore leur déduire parce que tu vas payer les impôts dessus ?
Big Trap Boy, soit raisonnable, se sont les syndics même qui n’ont pas acceptés, si la C NAM elle s’est réunie avec Jmaet Echo3ba, ce n’est pas le problème des professionnels de la santé, c’est le problème de la CNAM.

Elli yasrek yeghleb elli yhahi, c’est vrai que ça va réduire leur marge d'évasion fiscale, mais c’est plus ça le problème le plus grave devant quelques uns des problèmes ci-dessus énumérés.

at'm a dit…

D'abord le copier-coller n'a jamais été la bonne méthode ni efficace à 100% ! et puis franchement la CNAM c'est qque chose d'essentiel sinon on va vers un système privé et libèral pour une société qui n'en a pas les moyens, on aurait du commencer par une consultation générale de toutes les parties prenantes mais aussi prendre en question les spécifités du pays ce qui n'est pas le cas! Au début en lisant le titre je me suis dit que fait Témé avec la sécu française? ça devient grave on est mm pas foutu de trouver un nom pr un tel organisme, car c'est tout simplement le mm système français que çe soit pr le nom ou le fonctionnement et par expérience lors d'une consultation je ne paye que le ticket moderateur cad le tirs et c'est tres pratique pr les malades; bien sur d'ici a informatiser tous les medecins et les pharmaciens il faydrait du temps! sans oublier qu'en France la Sécurité Sociale est en déficit chronique alarmant; quant aux medicaments generiques ce n'est pas une histoire de cout que çe soit moins cher ne veut pas dire que c'est moins efficace c'est surtout une question de License de Laboratoire donc de profit!
pour finir, témé continues a bousculer les ames perdues avec tes posts hyberbien!

Téméraire V5.0 a dit…

@At'm : Merci pour ton encouragement, je ne fais que soulever les problèmes que nous vivons au quotidien.

Comme je n'ai cessé de le répéter dans ma note, l'idée est bonne mais ça mise en place et très mauvaise.
Comment veux-tu déjà démarrer pareil system en commençant par un bras de force avec la majorité des médecins?.

Ce qui me frustre, c'est de rater une bonne mise en place de ce système, il y a beaucoup de paramètres inconnus aussi bien pour le médecin que pour le Citoyen.

Bilel a dit…

ce n’est pas uniquement les médecins qui font des fausses déclarations

Je n'ai jamais dis le contraire. J'ai juste dis que c'est parmi les raisons majeures pour lesquelles ils repoussent le nouveau système.

Ce sont des problèmes d’ordre pratique comme ceux de la paperasse à remplir ou la lettre explicative pour tout acte non nomenclaturé.

Je dis que ce n'est pas un problème important ou bloquant que nous devons citer dans le cadre d'une critique objective du nouveau système.

Sache mon ami, qu’être un médecin c’est un engagement avant tout, que le médecin parfois ne mange pas à midi, parce qu’il a des patients à soigner, qu’il rentre tard, parce qu’il a encore des patients et ne peut pas leurs dire revenez demain et qu’il est appelé à 2:00h du matin pour une urgence, et qu’il est appelé le samedi à 16:00h lorsqu’il est avec ces enfants et que dans tous ces cas, il doit être présent auprès de ces malades pas pour l’argent mais pour le serment qu’il a fait d’être toujours disponible.

Rappel de ta remarque dans le texte de l'article :

Le médecin ne répondra plus aux téléphones des malades le soir et n’ira pas en consultation d’urgence, puisqu’il sera toujours payé au même tarif que celui du cabinet. Pourquoi devrait-il se déranger le soir?

C'est soit l'une soit l'autre, à toi de choisir :)

Répondre ainsi, démontre que tu es loin du monde médical. En Tunisie et à l’étranger, il y a chaque années plusieurs séminaires et ateliers de formations auxquelles participent les médecins à leurs propres frais, outre les formations spécialisées qu’ils peuvent suivre pour décrocher de nouveaux diplômes.

Encore une fois, je n'ai pas dis le contraire. Ces évolutions objets de séminaires et d'ateliers de formation sont-elles toujours suivies en pratique? Si la volonté de les suivre existe, qu'en est-il des moyens?
Soit. Supposons que les médecins sont à la page.
Qui te dit que la CNAM ou le MSP ne va pas mettre en place les dispositifs nécessaires permettant de faire évoluer les protocoles prédéfinis pour s'aligner avec l'avancée scientifique? D'ailleurs ça va épargner aux médecins de se déplacer pour ces séminaires, surtout qu'ils ne sont pas très organisés sur ce point.
Je me rappelle l'année dernière quand ma mère devait se faire opérer et tous les chirurgiens de l'hôpital étaient en déplacement d'une semaine pour un séminaire justement. Il n'y avait que le chef de service pour traiter les urgences. Entre temps les autres cas subissent des complications et deviennent à leurs tours urgents...

Parce que le système est Flou, parce que après il faudrait soudoyer les mecs de la CNAM pour que tu sois payé à temps, parce qu’on ne sait pas faire les choses correctement...
Si tel article est prévu, ça sera la règle générale : Marhba bik fi touness.

Tout me pousse à penser que la majorité des problèmes évoqués dans le sujet de la CNAM sont typiquement les problèmes de l'administration tunisienne. Certaines défaillances du système ne seront pas réglées tout de suite et vont impacter la faisabilité et la réussite de n'importe quel projet national. Geler tous ces projet ne résoudra pas le problème.

Là franchement je suis complètement à côté de la plaque : peux-tu m’expliquer comment tu vois la responsabilité du citoyen dans le problème du transport en commun? je n’ai pas pigé.

Voyons.
Quelles sont les raisons pour lesquelles les gens ne prennent pas le transport en commun?
Qu'est-ce qui fait que je prends le métro à Paris mais pas à Tunis?
Non, ce n'est pas parce que le taxi est beaucoup plus cher...

1/ Le comportement des gens (si t'as besoin de détails pas de problème, il suffit de me le demander)
2/ Etat des bus / métros / trains : Oui, c'est à la compagnie de les entretenir. Mais entretenir de quoi? Des dégâts dus à quoi?
3/ Les horaires : Pourquoi un bus ou un métro arrivera-t-il en retard?
+ Les embouteillages (auxquels tu ne pourras pas complètement échapper quand tu prends ta voiture)
+ Le bus / métro s'arrête au milieu de la route : Quelqu’un empêche la porte de se fermer, quelqu'un n'a pas payé, quelqu'un s'est bagarré avec quelqu'un, quelqu'un veut monter entre deux stations, quelqu'un d'autre veut descendre...

Il doit y avoir mille et une autres raisons, certaines dont nous ne sommes pas responsables, mais ça sera bien qu'on commence par ce qu'on peut concrètement faire avant d'aller demander à l'état ou à l'administration ce qu'ils n'envisagent pas faire.
Le transport en commun n'est qu'un exemple.
Ce que je veux dire par là c'est que pour réussir un projet il y a des choses que nous pouvons faire, et il y en a d'autres que nous espérons qu'elles soient faites. Nous avons tendance à trop compter sur ces dernières alors que nous ne les contrôlons pas, et à omettre les premières alors qu'elles sont à notre portée.

Téméraire V5.0 a dit…

@Bilel : Oui, c’est vrai, en ce qui concerne le contrôle fiscal, ça va les gêner parce qu’ils seront mieux contrôlés.

La paperasse est un problème officiellement non déclaré, parce que la réponse logique est conforme à la tienne mais les médecins en tiennent compte. Il faut se mettre à la place du médecin pour qui chaque paperasse mal rempli implique un blocage du payement de son honoraire !!!. Donc pour eux c’est un vrai problème, ils se disent éch Mlezzni 3al CNAM, essmah.

Pour ce qui est des remarques concernant les comportements du médecin la première est relative à la situation actuelle, parce que le médecin en se déplaçant le soir chez le malade il a une prime supplémentaire par rapport à son tarif.
Dans le second cas du CNAM ou il sera payé au même tarif réduit, il ne se déplacera, pire dès qu’il quitte son cabinet, il fermera son portable.
Les médecins vont devenirs des pseudo-fonctionnaires du CNAM. Pourquoi faire des heures Supplémentaires au tarif ordinaire ?.
Même si les médecins ne l’annoncerons pas et ils ne seront pas content que je dénonce ce comportement mais dans la réalité ça sera comme ça.

Connaissant le milieu médical, je pourrais te dire que les évolutions acquises en séminaires et formations sont appliquées dans la pratique dans 75% des cas.
La Médecine évolue tous les jours et les médecins sont OBLIGES d’être à la page.
Il n’y a pas un moyen de suivre la rentabilité de ses formations/séminaires, il en est de la réputation du médecin même que ça soit au niveau de la fonction publique ou de la libre pratique. Un médecin qui commet une faute grave, c’est toute sa carrière qui est mise en jeu.

Je ne dis pas que la CNAM ou le MSP ne vont pas mettre en place les dispositifs nécessaires permettant de faire évoluer les protocoles prédéfinis mais je parle du démarrage, qu’est ce qui les empêche de retarder le démarrage du système d’une année pour l’améliorer entre temps et assurer un bon départ ou tous les parties sont d’accord.

La CNAM ou la MSP, ne pourra jamais substituer les séminaires ou la formation.
Ton exemple relève de la médecine du domaine public et nous sommes en train de parler du domaine privé. De toute façon, c’est un très mauvais Chef service, celui qui laisse partir tout son staff à un séminaire en même temps.
Un projet par définition ne doit avoir que des problèmes imprévisibles, tout problème détecté doit être réglé avant le lancement du projet même quitte à le retarder.
Il y a en Tunisie, des cadres, des bureaux d’études qui sont capables de piloter pareil projet avec le minimum de problèmes. On ne manque pas de compétences mais on manque de bon sens.

Très logique ce que tu dis sur le problème du transport mais je ne vais pas trop polémiquer, on sortira du cadre de notre sujet.

« Ce que je veux dire par là c'est que pour réussir un projet il y a des choses que nous pouvons faire, et il y en a d'autres que nous espérons qu'elles soient faites. Nous avons tendance à trop compter sur ces dernières alors que nous ne les contrôlons pas, et à omettre les premières alors qu'elles sont à notre portée. » très bonne fin. C'est un plaisir de discuter avec toi.

Bilel a dit…

Le plaisir est partagé :)
J'espère que ce projet aboutira... Retarder son lancement s'il le faut, pourquoi pas. De toutes les façons, ça fait plusieurs années que ces reflexions durent, entre temps le big boss de la CNAM a changé 2 ou 3 fois (oui, avant même le lancement effectif) et ça ne semble pas aider à faire bouger les choses...
Je croise les doigts...

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic