jeudi 19 novembre 2009

Ne me fuis pas Maintenant

.
Ne me fuis pas maintenant et ne me laisses pas là, à t’attendre comme les feuilles de l’automne qui espèrent le printemps … il viendra après qu’ils se fanent. Prends-moi, encore une fois, entre tes bras, contre la chaleur de ta chair.

Serres-moi contre toi, pour un moment, pour une heure ou peut-être même deux, jusqu'à ce que j'absorbe tous les serments tremblants que tu viens de me promettre. Pourquoi ne pas nous suffire aux promesses déjà engagées mais jamais assurées ? Pourquoi m’avoir marqué au fer avec tous les mots que tu m’as composés ?

« Je te respire … tu coules en moi » !!! des Mots … Je n’aurais jamais préféré les entendre … tu n’aurais jamais dû me les dire ; leur souvenir est assassin.

Pourquoi tu veux me fuir et me laisser, encore une fois ?. Oublies ton demain et serres-moi fort contre toi. Adosse ta joue contre ma poitrine pour une nuit de plus. Je déteste te laisser partir, je méprise la sentence "au revoir" … comment accepter te voir me fuir ? alors que nous nous sommes promis d’être ensemble jusqu’à la fin et avant d’abord à notre rendez-vous ; je sais que tu te souviens.

Comment tu peux t’enfuir et tu te permets de m’exclure de tous les maux qui mâchent ta vie et écrasent ton existence ? et que tu laisses mon âme dans un désordre confus.

Tu m’aimes ? … comment tu peux me fuir sans me laisser, encore une fois, sentir ta passion ? … Tu t’éloignes, tu t’envoles loin vers ton nid. Vers une demeure mais sans ton cœur que je garde pour moi.

Ne me fuis pas maintenant … muet et léthargique, un douloureux Désir Ardent s’agrippe à mon cœur comme une fièvre dans un corps agonisant … comme une fièvre dans mon sang qui irrigue mon âme triturée. Ne me fuis pas … Un Désir Brulant, me tord le cœur, me tortille la vie … et le chemin pour la convalescence s’achève dans une station qui se nomme « Oubli » dont la route, devant mes yeux effrayés, s’allonge jusqu’à l’infini.


Le brouillard dense de ma souffrance m’ôte la vue, floue ma clairvoyance ; je soupire lourdement et j’accoure pour t’attraper, pour t’empêcher de partir, de me fuir … pendant que tu t’éclipses avec un haussement d'épaules et un sourire d’amertume.

Gémissements, plaintes et complaintes. Je te crie, je m'écrie, « Je n'ai pas eu encore assez de toi … jamais ». Tu pars sans me regarder, semblant d’être libre. Va !!! « J'ai eu assez de toi ».

Je recule et je regarde les chaînes qui lient mes mains, attachent mes pieds et ancrent mon courage… et tout l’impossible qui m’empêche de te retenir de force.



Je peux encore entendre tes pas qui partent. Confusions … tu es encore et toujours là, même lorsque tu es lointaine.
J'essaye de prétendre que je me suis
débarrassé de toi.
débarrassé de la torture
débarrassé de la douleur
débarrassé de l'obscurité
débarrassé de tes souvenirs, de tes mots, de tes maux.

mais c'est une illusion, tu es une partie de moi ; une partie naturelle, innée … mon miroir. Peut-être que j’ai peur de te perdre à jamais ; peut-être que je ne trouverai plus la sérénité … sans toi.

Tu me fuis ? … peut être j’arriverai à t’oublier … je ne te blâme en rien dans tout ça. Certainement tu as raison, ma présence dans ta vie, les sentiments que tu me portes, risquent d’être un frein à ce que tu veux reconstruire.

Tu me fuis mais tu reviendras sûrement … on ne peut pas rester trop lointain de son âme. Rou7ek.

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

3 commentaires:

PETITE FLEUR a dit…

cela me rappelle "NE ME QUITTE PAS":).....mais si elle te fuit sois sûr qu'elle reviendra .En attendant tu lui chanteras l'une des plus belles chansons de Claude François "
J'ATTENDRAI
....



Mais si un jour tu te retrouves toute seule,
Que tu t'imagines que les gens t'en veulent,
Que le bonheur soudain t'abandonne,
Que pour te consoler tu ne trouves personne,
Viens vite, viens vite, je t'attendrai, viens vite, je t'attendrai.

[Refrain] :
J'attendrai que tu me reviennes à nouveau
J'attendrai, j'attendrai longtemps s'il le faut.

Oui et si un jour tout n'est que confusion,
Que ce nouvel amour n'était qu'illusion,
Qu'à la dérive tu te laisse aller,
Que tu cherches une main pour te rattraper,
Viens vite, viens vite, je t'attendrai, viens vite, je t'attendrai.

[Refrain] x2

Oui car si ce jour devait arriver,
N'aie pas peur, j'oublierais le passé,
Ce jour-là surtout rappelle-toi
Que tu peux toujours compter sur moi
Viens vite, viens vite, je t'attendrai, viens vite, je t'attendrai.

[Refrain]

J'attendrai avec tout l'amour qu'il te faut
J'attendrai, tu peux toujours compter sur moi...

Princesse a dit…

ça me rapelle étrangement ce que je suis entrain de vivre, je ne sais pas ce que tu écris est de la fiction ou la réalité mais c'est tellement réelle que je ressens et je vis chaque mot que tu as écris.
en lisant tes postes il m'arrive d'avoir un doute de tu ne serait ce pas l'autre moitié qui me fais vivre tous ça mais heureusement je connais ton blog depuis un bout de temps.

Pour revenir a ton poste qui te dis qu'elle te fuis, peut être qu'elle est perdu et qu'elle n'arrive pas a se retrouvé ou peut être qu'elle fui à elle même.

Mais elle reviendra comme tu dis on revient toujours à son âme. On revient malgré les interdits malgré la confusion malgré tous

Téméraire V5.0 a dit…

@Petite Fleur:
c'est : "ne me quittes pas" sous une autre forme.

merci pour la chanson.

@Princesse:
Il parait que toutes les histoires des Cœurs se ressemblent. On pense vivre un unique chagrin ... mais des millions d'autres personnes, vivent la même version.

je sens qu'elle me fuit mais je sais aussi qu'elle se bat pour me garder. Un dilemme douloureux ... et elle reviendra ... c'est écrit;

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic