vendredi 20 novembre 2009

En Deux Mots

.
Je te vois … une fois. Un enfant, Une fille en avance de son temps ou une femme capricieuse qui retarde les saisons. Mon regard te creuse profondément et perce la robe que tu sembles porter ... mes yeux effleurent ta surface, ta peau duveteuse qui me donne l’envie d’un sorbet.

Il parait que mon cœur est baroudeur … est le tien ? A-t-il une fonction ? Outre briser les frêles et jeunes âmes novices. Tu te sens snobée ? … Si je te bouscule avec mon verbe, c’est pour que mes pensées puissent te contaminer et couvrir la nudité de ton intelligence … de femme.

Peut être que la peine, le chagrin et l'expérience des larmes te manquent pour forger ton cœur et te permettre de supporter les intempéries imprévisibles de mon humeur. Peut être NoN.

Mon Humeur … variable comme les prévisions météo est une Qualité que je manie légèrement bien. De visu, il peut paraître que je suis calme comme un océan mais c'est seulement une ruse pour guider ta perspective viciée loin du désespoir du premier choc de mon authenticité.

Est-ce que je mens quand je me tais ? Dans mon intérieur je parle en rythmes et en rimes, de l’extérieur je me moque de toi, quand je ne parle pas. Je me moque de toutes les circonstances vierges d’émotions.

Je me cache …

La Nuit … Le royaume ombragé de mes fuites nocturnes. La Nuit est aussi un voisin que je visite souvent, il m’accueille sans me poser de questions ; après qu’il me soûle avec son silence, il m’offre même sa fille Morphée sans abstinence.

Auparavant, Enfant, je me suis échappé dans le temps, dans la littérature et les magiques pensées des contes des fées. Elles existent les Fées !!!, il faut y croire pour qu’elles puissent réaliser tes rêves. Moi, j’avais droit à trois vœux mais j’ai consommé le double … tu peux y croire un peu, toi ? et me céder l’un de tes vœux ?

Actuellement, dans les temps récents, je suis Grand mais j'exploite encore ma plus belle nature, l'Enfant fougueux qui vit à l'intérieur de moi. Ce joyeux Enfant prend plaisir dans ses virées et aventures irresponsables mais il ne peut pas aussi s’arrête de penser et de courir.

L’Enfant n’a pas finit d’accomplir des bêtises … jusqu’à commettre cette odieuse infraction : se redresser Amoureux.

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Mais au fond de toi Téméraire est ce que tu désires vraiment cette paix? Tu es et tu resteras pour encore quelques années, je dirais au juste pour encore 37 ans et quelques mois,l'enfant qui s'aventure et qui se cache.N'est ce pas pour ça que tu es téméraire?

khanouff a dit…

J'aime cet écrit et j'adhère particulièrement à cette phrase :)
"Mon Humeur … variable comme les prévisions météo est une Qualité que je manie légèrement bien."
Bonne fin de semaine.

SyrenA a dit…

@ temeraire:
le changement de saisons au fond de nous fait que on reve du printemps, qu on est nostalgiques l automne,qu on se couvent l hiver et qu on se déchaine l été.
on est parfois incommodé par ce changement mais on ne peut passer nos jours en une seule saison!
comme il pleut parfois pendant l été on peut avoir une belle journée de printemps pendant les plus rudes journées de l hiver!

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic