lundi 21 décembre 2009

Défendue mais je te veux ...


Défendue mais je te veux ... Je te veux à n’importe quel prix. Je lèche mes lèvres et je m’impose des pensées de désir cruel, sexuellement enflammant et obscène, intensément flambant et romantique, vivement scandaleux et érotique. Le diable au corps, je me sens brûler … avec mon ticket one way pour l’enfer … et alors ! Je sais que Dieu existe parce que je peux entendre la voix de son lieutenant Lucifer m’inciter à toi.

Allongée à côté de moi, tu m’attends dans une supplication silencieuse pour déguster ton fruit défendu. Tu respires comme une coupable … désir ardent incontrôlable dans ton souffle. Encore et encore tes yeux est tout ce que je vois … ce sourire et ton regard mystérieux. Tu as commis le plus grand péché, celui de m’avoir séduit, cœur et âme. Tu me le payeras très cher quitte à ce que tu me prennes à Lucifer sur tes lèvres.

Mon cœur ne dit pas NoN, mais la raison est hésitante, et tes yeux trouvent un chemin à travers mon soupçon de doute pour me faire goûter ton offrande. L'odeur de la déchéance traine dans l'air, pendant que ton parfum essaie de la chasser et de maculer mes capacités olfactives. Les passions défendues chatouillent mes sens, et ton sourire subtil et tes yeux innocents brouillent mon jugement et me forcent à m’affilier à ton corps.

Je suis trop faible pour te désobéir, et pourquoi est-ce que je vais me défendre contre toi et contre mon diable ?, c’est de la triche, deux contre un. Je veux (mon diable veut) jouer avec le feu et toi tu veux jouer avec tes désirs. Le compte est bon et chacun aura pour son compte.

Mes mains deviennent hérétiques au toucher de ta peau satin et je les laisse bruler pour leur lamentable crime. Chaque caresse laboure un champ et chaque baiser enflamme un brasier, la chaleur s’intensifie avec chaque battement de ton cœur et la musique devient magique.
My Sweetest Taboo, mon tabou le plus délicieux ; mon visage collé contre ta poitrine, tu inhales mon souffle, j’expire le tien. Je ferme mes yeux, pour me retenir. Ta main se faufile sur ma peau et tes lèvres qui subitement se mettent à sucer mon cou. Tes doigts explorent mon corps et mes sens s’allument du feu de la convoitise et du désir. Tes baisers fondent mon âme et remplissent mon corps d’une envie irrésistible de dompter une fois pour toute ton appétence fougueuse.

Mon corps épouse tes courbes et mes doigts enveloppent les tiens pour bloquer ton élan fatal. Je regarde tes yeux de cristal, tu es si lisible, je te lis. Tes yeux me disent avant que tes lèvres le prononcent :
- " Je t’….. "
+ " Je te veux beaucoup plus "

Je m’agrippe à ton mont de vénus et par tes ondulations, ma langue s’enlise et glisse à travers tes terrains lisses et je cherche le paradis entre tes hanches. Les démons de l’amour m’y guident avec déchainement et nos corps se guerroient avec toutes les armes de l’obsession qui nous allume pour enfin céder à la reddition de notre extase dévouée à notre amour interdit. Je ne te fais pas la paix et je pénètre au fond de ton océan profond de désirs embrasés qui me berce par ses vagues de satisfaction ... Notre ardeur s'écrase contre les rivages du plaisir .... sur l’île de la passion irrésistible, encore une fois, ton corps sollicite le mien pour le dévorer … tout ce que je peux c’est satisfaire ton appétit féroce et soulager ta faim insatiable par toutes les convoitises qui raniment ma chair.

La symphonie de nos respirations, mes mots et tes gémissements s’engrènent dans un encombrement sulfureux, flottent jusqu'au plafond, fuient de la fenêtre pour mettre en rut tous les oiseaux qui camouflent par leur gazouillement nos cris et nos soupirs. Tel un métronome, nos convulsions passent d’un Adagio, Accelerando, à un Agitato et Presto … Animato, Appassionato, à Crescendo, et subitement Forte Fort Fuoco … et ils s’éteignent en Morendo suite à une perte de puissance pour avoir atteint l’au-delà des limites de notre capacité à résister au plaisir. Lors de ce concerto, les ongles se sont plantés, la peau s’est incisée, les lèvres mordues ont saigné et les corps se sont soulagés.

Sucre blanc brun, délicieux, à bon goût, est-ce que je pourrais en avoir encore si je le veux ?. Leurré par un fruit défendu mais accessible je me suis retrouvé à convoiter un bonbon inique et affable. Lucifer me considère avec un sourire, il sait que je ne resterai pas trop loin du péché succulent. Ma situation était critique et succomber à la tentation était mon point faible. De toute façon, l’attirance est trop forte pour qu’elle soit évitée. Une défaite bien anticipée depuis ton premier sourire.

A l'intérieur de cette inondation de pensées et de sensations qui est le noyau central existentiel de ma vie : Désir, Passion, Amour, Humanisme et Croyance je me heurte à une explosion d’un cocktail Molotov : Amour et Infidélité. C'était encore une fois beaucoup plus de ce que je peux endurer dans les cavernes les plus profondes de mon existence. Rien à faire … Bonne nuit Lucifer, je te laisse négocier avec les conséquences.

Je me suis endormi entre tes bras dans un sommeil profond, assouvi par le jus du fruit défendu et tout en autorisant que l'influence de mon cœur vainque la résistance de la logique de mon raisonnement, et les racines de mes convictions, du moins pour le moment. Je me suis endormi dans un lit de roses … et c’est plus tard que je sentirai la douleur des épines.


Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

4 commentaires:

MALI a dit…

Fawzi est agacé par le fait que Téméraire se perde dans les méandres futiles séparant l'anus du clitoris, en passant par le méat urinaire et les petites lèvres si tant soit peu notre ami Fawzi sait ce que cela veut dire.
Témé, j'adore tes mots, même s'ils sont répétitifs et je t'encourage à écrire et à dire ce que tu a envie d'écrire et de dire. Halte aux rédempteurs ! Le Christ a assez souffert pour nous. Halte aux donneurs de leçons, Allah nous a déjà pardonné. Allah et son messager ont promu l'amour.9 épouses. Ce n’est pas de l’amour ça ?
Soyez tolérant.
Aimez lez hommes et les femmes et réciproquement.
Bien à vous.
MALI

Anonyme a dit…

Qui es tu? t'es Tunisien ou Marocain ? Tu me rappelles une personne que j'ai connu, il s'appelle yassine.
Je suis sûre tu es ou bien yassine ou l'ombre de yassine.

SI

Téméraire V5.0 a dit…

@Mali:
Je m'améliore :), je tourne autour du même pot.

@Si:
Désolé, je ne suis pas le Yassine que tu cherches

MALI a dit…

Salut Téméraire,
Manifestement ce que tu écris ne plait pas à tout le monde. Et c’est normal car nous n’avons pas tous les mêmes gouts. Ce qui est intolérable c’est que certains de nos contemporains s’autorisent le droit de nous dire ce que l’on doit dire et ce que l’on doit taire, ce qui est Halel et ce qui est Haram. Je pensais que c’est Allah qui décidait de cela. Je pensais que seul Allah décide de cela. Mais non disent ils. Non car certains parlent pour Lui. En fait ils veulent aider Allah. C’est un peu fort en harissa cette affaire !
A tous ceux qui veulent aider Allah je dirai : Allah est unique, il est Omniscient et Omnipotent, Il n’a besoin de personne, Il aime les hommes et les a choisi, C’est Lui la Loi, aucun homme de peut Le remplacer. Il aime la liberté et Il encourage l’homme à écrire, à apprendre, à devenir meilleur.
En fait ce qui est odieux, ce qui est haram c’est de limiter la liberté d’expression. Bâillonner c’est détruire la Vie, c’est une insulte envers le jugement d’Allah Souverain.
Je vais donc continuer à encourager Téméraire et les autres à être poète et à écrire pour épanouir l’âme. Même si ce que je lis parfois ne me plait pas.
Que la Sagesse d’Allah abreuve nos neurones.
MALI

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic