lundi 5 novembre 2007

La Cueillette des Olives

Dimanche dernier nous sommes allés à la ferme cueillir les olives. Je ne sais pas réellement si le terme ferme convenait bien pour ce terrain agricole de 5 hectares puisque d’une part il n’y a pas d’animaux domestiques et d’autre deux elle est située à 10 km à vol d’oiseau du centre même de Tunis.

J’ai acheté ce terrain il y a de cela 10 ans en raison de l’opportunité qui s’est présentée au niveau de son prix, pour sa proximité de mon lieu de résidence et surtout parce qu’il se trouve à 120 m
en dessus de la mer d’où on peut avoir une superbe vue sur le Grand Tunis surtout le soir.

J’ai une trentaine de pieds d’olivier dont 15 sont de la variété qui donne de très belles olives de table. L’année dernière la récolte était excellente et faute d’avoir le temps et les moyens de faire la récolte par moi-même, j’ai vendu les fruits dans leurs arbres ; cela a donné 900 kg de belles olives de table à l’acquéreur.

Cette variété d’olives appelée communément «Ktoubri» devrait être cueillie vertes à partir de mi-septembre, dimanche dernier elles étaient toutes presque mûres noires et avec les enfants et quelques membres de la famille, nous avons collecté pour environ 150 kg d’olives qui seront distribués aux amis et à la famille.

Nous avons passé une journée très agréable et nous avons mangé dans la nature avec du pain « Tabouna » fourni par la voisine. Juste à la tombée de la nuit, nous avons allumé un grand feu et les enfants se sont beaucoup amusés à collecter les branchilles et alimenter le feu.

A une trentaine de minutes du Centre Ville et dans cette compagne quelques petits animaux sauvages se sont habitués à la présence humaine et ont pu d’adapter à ce milieu dangereux, ainsi, depuis deux ans une famille de renards s’est installé dans cette petite ferme.

Au pied d’une minuscule colline, le couple de renards ont creusé une galerie avec 4 différentes entrées sorties et à ma connaissance ils ont eu deux portées chacune avec plusieurs renardeaux. Seulement le bonheur n’est jamais éternel et voilà que la famille qui s’est agrandie s’est vu obliger d’étendre sont terrain de chasse et de partir dévaster plusieurs poulaillers dans les voisinages.

Une fois repérés, les voisins (sans me consulter) on dévasté avec des pioches les galeries des renards et les ont obligés à quitter les lieux. Dommage, ils étaient très mignons à voir.

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

7 commentaires:

jacob a dit…

y a un schmilblick !!

jacob a dit…

Ah enfin, ça marche! ou plutot Euréka...j'ai toujours du mal avec ces machines..on les croirait ensorcelées alors qu'elles s'amusent a me faire passer pour un Béotien aux yeux de mes petits-fils..je veux te dire que ton billet a des relents pour moi de ce parfum nostalgique et suave nommé Oua7ch..faut dire que les oliviers de nos collines arianaises furent notre Alma Mater..et que toutes les conneries que je faisais avec mes copains momes, je continue a les faire avec mes petits-fils..ce qui les ravit bien sur..je leur lègue une sorte de patrimoine culturel qui va de Bou Sa3dia àu jeu de 7offra en passant par les noyaux d'abricot et la chasse aux scorpions..Continue a nous régaler longtemps-Amine.

Téméraire V5.0 a dit…

@Jacob :
On est toujours novice en devant de nos enfants qui savent plus que nous sur ces boites magiques :).

Il fut un temps ou tout était différent, je ne suis pas trop vieux mais je suis très nostalgique à une vie simple, moins compliquée et peut être même primitive.
J’ai pitié pour nos enfants qui sont submergés par la masse d’infos, par les moyens modernes complexes et surtout par le manque du temps pour prendre du recul, voir leurs alentours et du moins profiter de la nature.

Qu’est ce qu’ils savent nos enfants aujourd’hui de la Banga du Stambali ou de Bou Saadia. Dommage, nous sommes en train de perdre notre héritage culturel que les générations des jeunes n’en savent plus rien.

MALI a dit…

Ce que je relève dans ce papier c’est la destruction systématique par l’homme de tout ce qui l’entoure. Moi aussi je possède un petit lopin de terre à la campagne (fil ghaba). Des oliviers mais qui donnent moins que ceux de Téméraire. Là où ils sont il ne pleut jamais. Comme si Allah avait étendu un immense parapluie géant sur cette terre. Bref. Sur ce lopin de terre il y a beaucoup de reptiles. Il m’est arrivé de voir les fellahs du coin organiser de véritables battues pour exterminer les serpents. Bien sûr je me suis opposé à ce qu’ils viennent tuer « les miens »…c'est-à-dire ceux qui vivent sur mon lopin. J’avais beau leur expliquer que ce ne sont que des couleuvres inoffensives, très efficaces contre les rats et les scorpions… rien à faire. Pour eux tout reptile est forcément une laf3a (vipère) voire un tho3bène (dragon). Pourtant j’avais pris le temps de leur expliquer que seuls les plus petits pouvaient être des vipères, et qu’au contraire plus le serpent est grand et moins il a de chance d’être vénéneux…rien à faire. Je suis même devenu suspect à leurs yeux. Pourquoi ne pas tuer les serpents disent ils, et les renards, et autre bête « inutile » ? C’est désespérant car ces gens là sont sensés représenter le bon sens populaire.
Nous avons un effort d’éducation énorme à faire…énorme. Respecter son environnement c’est respecter l’Homme. Vous le savez bien.

Téméraire V5.0 a dit…

@Mali :
Rares sont les compagnards qui pensent à la préservation de la Nature.
Leur niveau d'éducation étant moyen ou bas, leurs situations financiéres sont difficiles, ils s'enfoutent de la faune et de la flore.
Ils ne peuvent pas comprendre pourquoi devait-on préserver tel ou tel animal, c'est le dernier de leurs soucis

Anonyme a dit…

J'aime ces grafiti: ils ont parfois le parfum de ma jeunesse trop éloignée. J'ai soudain revu la cuillette le l'olive près de la maison de mes grands paremts dans le Sahel, doigt protégès par des cornes de chévres, bédouins juchés sur les échelles instables, draps étendus au sol pour recueillir le fruit du peignage des rameaux d'olivier...
Quel surprenant regard est le vôtre!!!

Téméraire V5.0 a dit…

@Anonyme :
Comme tu le dis, ce vécu est très couplé à des mémoires d'enfances pendant lessquels nous avons vagués dans les "Jnén" de Sfax lors de ces fameuses cueillettes des olives.

Nous essayons de restituer à nos enfants ces instants afin qu'ils les vivent aussi ... mais jamais ils ne seront pareils :)

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic