jeudi 25 mars 2010

Mon premier "Je t’Aime"

.
Il était à la fois farouche et involontaire
Mon premier "Je t’Aime".
Chuchoté entre mes lèvres sans même m’en rendre compte,
Rescapé de ma bouche sans me demander permission,
Non intentionnel, naturel et sans préméditation,
Incité par l’urgence,
Chaud avec impatience.

Mon "Je t’Aime" était ferme, inébranlable
Et le tien, proclamé indirectement,
Toujours timidement,
Je le sentais vrai … parfait,
Mais rare et parfois même en pointillé …
Et j’en étais satisfait
Lors de nos instants de plaisir ou
De nos moments imparfaits,

Je savais que tu me respirais et
Je t’avais expiré mon "Je t’Aime"
Pour donner vie à tes émotions extrêmes.
J’avais léché tous les points suspendus de ton "Je t’A…"
Eparpillés sur toutes les courbes de ton corps saveur de miel
J’avais goûté à ta bouche à travers un "Je t’Aime" silencieux,
Et ta bouche avait scellé la mienne et ta langue un visiteur doux
.

mercredi 24 mars 2010

Avec Toi ...

Je marche … parfois tout seul et parfois avec toi … et chaque fois le monde me parait différent … si différent que je me demande ce que je fais ici sans toi.


Avec Toi …
La tendresse des rayons du lever du soleil réconciliant,
Le baiser du vent lorsqu’il effleure mes joues,
La délicatesse de la brise d’air matinale qui me chatouille,
L'odeur éternelle du jasmin qui ne sait pas se faner,
Le bruit lent et silencieux des vagues de la méditerranée,
L’agréable sensation des grains de sable pendant que je marche le long d’une plage,
La douce caresse de la pluie sur mon visage,
Le remède dans n’importe quelle potion,

Avec Toi …
Je plane dans l’air supporté par ta chaleur printanière,
Mon cœur bat comme les notes folles d'un piano scandant du jazz.

Avec Toi … Je suis insouciant comme un enfant,
Curieux comme un chat,
Imprudent comme un orage
et
La beauté du coucher de soleil derrière l’horizon,

....

Sans Toi …
Le lever du soleil est invisible derrière les brumeux
La fureur d'un vent qui devient ouragan
L’agressivité du blizzard matinal qui lacère mon cou
Les jasmins qui flétrissent à la première inhalation
Le bruit strident des vagues rebelles de l’océan
Les bris des coquilles qui m’écorchent les pieds nus sur une plage morne
Les morsures de l’averse sur mon visage,
Dans mon amère potion, je n’arrive pas à me noyer

Sans Toi …
Étourdi sous l'air d’un froid minuit, je flotte aveuglement
Mon cœur se tait et je deviens inquiet de ne plus l’entendre battre à jamais.

Sans Toi … L'insouciance se transforme en inquiétude
La curiosité est satisfaite aussi rapidement,
La prudence devient la règle
et
Le soleil froid dévale finalement


Rien en ce monde, ne peut se comparer à ce que je sens pour toi, ce que je sens quand je suis avec toi.

mardi 16 mars 2010

L’Amour qui me traverse

.
L’Amour traverse mes yeux, mes pupilles scintillent et je te regarde … tu es merveilleuse.
L’Amour traverse mes oreilles et je n’entends plus que ta voix qui m'aide à créer des nouveaux mots pour toi.
L’Amour traverse ma bouche qui te murmure tout ce qui ce passe dans ma tête et qui te réclame : je t’aime.
L’Amour traverse ma voix et tu es ma chanson préférée, que j’écoute et que je chante sur mes scènes toutes les fois.
L’Amour traverse mes sourires et je vois ton visage s’illuminer, le rire dessus s’alunir et la joie t’envahir.
L’Amour traverse mes mains et avec mon toucher je crée sur ton corps des vagues de frissons.
L’Amour traverse mon affection, je te couvre par ma protection et je n’ai pour toi que de la vénération.
L’Amour traverse mes rêves, il frôle mes jours, il caresse mes nuits et je cherche à tout instant à l’achever.
L’Amour traverse mes saisons et cela me donne beaucoup de raisons pour que je te dise : je t’aime.
L’Amour traverse mon cœur et j’occupe le tien, je colonise tes sens et tu ne peux plus que te soumettre à ma dictature et que tu m’aimes.
L’Amour traverse mes sens et l’extase qui s’y manifeste, j’y goûte et je m’en enivre sans sagesse et sans discrétion.
L’Amour traverse mon destin, je provoque toutes les chances qui passent et je profite de toutes les occasions qui se présentent pour être seulement à toi.
L’Amour traverse mon temps, s’attarde chez moi et chaque instant qui nous réunit est un défi, un challenge qu’il faut absolument gagner.
L’Amour traverse mes vœux et c’est une promesse, un engagement solennel que je remplisse sans discuter.
L’Amour traverse ma témérité et c’est une aventure périlleuse que j’ose sans toute fois hésiter.
L’Amour traverse mon audace et ce n’est qu’un un combat coriace, je ne me laisse pas battre et auquel je fais face.
L’Amour traverse mes pensées est ce n’est qu’une manifestation dans l’âme du bienaimé et toujours je provoque l’occasion pour t’admirer.
L’Amour traverse mes besoins et tu m’es trop précieuse, je fais tout pour te préserver et je ne peux te perdre ou te laisser partir.
L’Amour traverse ma solitude et me procure ma dose de mélancolie et de tristesse et en pensant à toi j’arrive à tout surmonter.
L’Amour me traverse de partout, il emprisonne mon cœur et libère ma langue et je te crie : je t’aime.
L’Amour te traverse de partout aussi et ceci n’est plus nouveau depuis que je t’aime.
L’Amour nous traverse tous les deux, nous transperce, nous soude pour faire de nous deux UN, et je ne pense pas que je pourrais exister sans toi.

mercredi 10 mars 2010

Mon Dilemme

.
Je chagrine, pour toi, pour moi et je demeure inconsolable
Mes yeux n'ont jamais procréé tant d’ondes incontrôlables
Et mon cœur n'a jamais été une aussi lugubre, funeste place
Le monde ne m'a jamais paru aussi cruel et injuste carapace

Depuis que je t’ai connue, ma joie s’est colorée à l’acrimonie

Chaque souffle et ma poitrine se tord entre douleur et agonie
T’aimer sans pouvoir te posséder, sans t’avoir dans mes gênes
Et pareil à respirer de l’air qui ne contient pas assez d’oxygène

Bouche à bouche et respirations artificielles que tu m’as faites

Et à travers lesquels tu as soufflé en moi espoir, gaieté et fêtes
Mes poumons glacés se sont échauffés et j’ai expiré des rires
Mon vœu fut de ne plus lâcher tes lèvres et dans tes bras périr

Et maintenant que tu es encore lointaine, mes rires se sont tus
Tu me prives d’air, je suffoque pourquoi ne reviendras-tu plus?
Je gémis, c’est l’impasse temporelle et ma patience se détruit
Je chagrine et je te trompe avec moi-même en pensant à autrui

Je ne savais pas que l'angoisse pouvait m’affliger tant de mal
Mon amour pour toi a atteint des profondeurs jugées abyssales
Même si j’habite en permanence la demeure celée de ton cœur
Je mendie chaque mot, chaque baiser, chaque regard de ferveur

mardi 9 mars 2010

Le Pouvoir des Mots

.
Les Mots miséricordieux apportent le pardon et ceux odieux sont faussaires,
Inspectez chaque mot avant qu'il quitte vos lèvres et ajustez-le si nécessaire,
Énoncés avec soins, les mots hypocrites font mal, ils sont infects de dedans,
Vertueux de l'extérieur, mais faut-il être lucide pour desserrer leurs cordons
Quelques-uns sont sombres, cancéreux et sans le savoir ils vous détruisent
Alors que d’autres fortuits, douloureux et outrageux mais ils vous aiguisent

L’Espérance peut être trouvée à travers un seul mot et un simple regard
Les petits mots d’affection, à un compère, frère ou à un étranger ringard
Eclosent comme des jasmins et embaument leurs journées et leurs soirs
Ecoutez ceux qui vous entourent et dans leurs sagesses cherchez l’espoir
Un conseil qu’on applique peut changer bien de choses, tu dois le savoir

L'Amour peut être perdu dans un parler inconscient, lorsqu’il nous blesse
Hélas, à quoi servent les remords après les avanies jetés dans la hardiesse
Pesez vos mots et jaugez vos verbes, se sont les origines des maladresses
Et ne soyez pas avares dans l’expression de vos prédilections et tendresses
.

dimanche 7 mars 2010

Le Temps d'un Baiser

.
Tes cils qui battent des ailes et m’invitent à la conquête,
Tes joues parfumées aux couleurs de l’été, belle et intrépide coquette
Et tes lèvres juteuses et mouillées se contractent dans une anticipation inquiète

Je sais que tu as envie que je t'embrasse,
Je peux le voir dans tes yeux, l’entendre dans ta voix audace
Sentir ton souffle, chaud, haletant sur mon cou, me berce et m’enlace

Je ferme mes yeux, nos lèvres se touchent et se brasent,
Des ailes me poussent, je voltige ce monde et je suis dans un état d’extase,
Ta langue au gout du printemps fouille ma bouche et contre la mienne elle s’écrase

A travers ta bouche, je te sens vulnérable
Et je veux te conquérir comme une terre promise et viable
Tu te relâches, le vertige de l’amour t'absorbe et je te sens encore plus enviable

Tes baisers me poussent à te vouloir encore plus
Et toutes mes fausses excuses se dissipent comme un cumulus
Et à travers le contact de tes lèvres je tombe encore amoureux de toi sans stimulus

Rechercher dans mes Blogs

meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic