dimanche 15 février 2015

Gerret el 3anz - قرة العنز - Le gel de la chèvre



Dans les montagnes et les hauteurs du nord-ouest Tunisien qui s’étendent jusqu’au Maroc en traversant l’Algérie, ce qu’on peut appeler la profonde Berbérie, l'hiver est d’habitude très froid et rigoureux, et la neige ne manque jamais à son rendez-vous saisonnier.

Il était une fois, vers la mi-février … une belle matinée, quand le soleil brilla de mille lumières et que ses rayons firent éclore les premiers bourgeons prématurés du printemps, la terre se couvrit d’un tapis de verdure délicieux.

Lella el 3anz ; Madame la chèvre, qui était restée tout l’hiver prisonnière dans la masure de son propriétaire pour lui donner du lait et aussi pour le réchauffer de son haleine, fut réveillée par le gazouillement des petits oiseaux et sorti au pré pour changer d’air, sautiller, grimper, se dégourdir les jambes et surtout manger quelques brindilles vertes dont elle avait envie depuis des mois.

El 3anz était tellement contente de brouter cette herbe fraiche au lieu de la vieille paille sèche qu’elle digérait très mal pendant le rude hiver et quand elle vit son visage dans le ruisseau elle fut surprise de sa maigreur et d’un air moqueur elle s’adressa à Yenayer (Janvier) « Yenayer tu es maudit ! Tu m’as affamé, tu as pris ma beauté et enfin tu es parti … tu n’as pas été clément et tu n’as rien apporté de bon ! »

Yenayer, tout glacé et déçu par les paroles de la 3anz devint irrité par l’outrage de cette vieille chèvre qui ne sait que bêler et qui pense être de grande utilité ! …
Yenayer qui devait être remercié parce qu’il a passé 30 jours à ne rien faire sauf  chasser les nuages et de les essorer pour donner son eau à la terre, se trouve au contraire grondé. Au lieu d’être gratifié, il est réprimé !.

Il essaya de retenir son souffle gelé mais il finit par "prendre la chèvre (1) " et devenir irrité !
Yenayer alla aussitôt trouver Fourar (Février) qui présidait en cette époque le cycle de l’année et lui raconta l’ingratitude caprine et le supplia de lui céder un jour de son Siège pour punir cette odieuse bique.

Fourar lui céda un de ses jours. Alors, qu’on attendait impatiemment le printemps et qu’il faisait réellement beau, le ciel se grisa, le vent souffla violemment avec averses et orages et même accompagné de bourrasques et neiges. La 3anz  qui se trouvait dehors et qui n’était pas préparée pour cette situation, se gela et mourut de froid.

Ainsi Yenayer se venga de la chèvre et depuis on désigna ce jour comme étant : Garret el 3anz …


(1) : prendre la chèvre : vieille expression qui signifie "se mettre en colère"

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

4 commentaires:

Anonyme a dit…

belle histoire!!!

Anonyme a dit…

Merci d'avoir expliquer l'expression "prendre la chèvre" parce que là sans l'explication ....

Nouvelle Vague a dit…

:) C'est un plaisir de vous lire

ETERNEL FEMININ a dit…

Contente de te relire...bisous du coeur

Rechercher dans mes Blogs

Chargement...
meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic