dimanche 25 septembre 2011

Lettre à mon Fils


Mon Cher fils,

C’est avec une grande satisfaction que j’assiste à ta nouvelle rentée scolaire dans ton nouveau lycée. Tu as mérité ta place après avoir été admis suite à un travail ardu quoi que tu as failli à un certain moment décevoir ta maman. A travers le concours, tu t’es acquitté de ta promesse d’être parmi les meilleurs.

Voilà ! , une nouvelle année qui commence dans une atmosphère politiquement et socialement chargée de tensions mais j’espère mettre à ta disposition tous les moyens nécessaires  pour que tu puisses évoluer sous les auspices les plus favorables.

J’espère que tu vas bien sympathiser avec tes Professeurs qui trouverons en toi assurément un élève modèle et un enfant bien intelligent qui saura répondre à leurs attentes en terme de résultats et de créativité … et entre nous, je sais, que pareil à ton père, tu me caches avec un voile un autre côté de toi, et probablement des mystères !. Je ne vais pas creuser derrière tout cela, il me suffit que tu étudies, tu réussis et tu t’amuses bien à fond tout en restant vigilent pour ta carrière que tu es en train de construire depuis que tu as entamé tes études primaires.

Je suis certains que tu vas rencontrer d’aimables et brillants amis et je sais aussi que tu n’es pas trop associatif et que tu vas te restreindre à un seul complice pour partager avec lui tes confidences … pas toutes certainement. Donc choisi bien ton partenaire pour que tu ne sois pas déçu prématurément.

Mon cher enfant,

A ce stade de ton progrès et avec tous mes respects à l’égard de ton adolescence précoce, tu dois m'autoriser de me servir de mes droits et privilèges de Père pour te promulguer quelques conseils, te prescrire quelques leçons et te dicter quelques avertissements.

Avec les sensations ardentes de l’adolescence, les rêves de la juteuse jouvence et le manque flagrant des maximes de l'expérience, je ne veux pas que tu fasses les mêmes erreurs que celles de ton père et que tu t’embarques dans une mer périlleuse. La chance m’a beaucoup aidé pour dépasser les tempêtes et je ne suis pas certain qu’elle soit génétiquement transmissible, donc je ne veux pas que tu rentres dans les calculs des probabilités et subir les mauvais jets des dés !.

Dans ton passage à travers cette mer calme, tu subiras les revers des vagues et à chaque nouveau souffle de bourrasque tu rencontras des difficultés inattendues, peut-être même des dangers redoutables. Ta première source d'appréhension sérieuse peut être déclenchée par l’éventuelle collision avec les autorités démesurées du corps enseignant et je t’interdis formellement de leur faire tête. L’Enseignant à toujours raison et le maitre a faillit être prophète !. C’est ma seule exigence ; tout le respect inconditionnel pour ceux qui te prodiguent le savoir.

Il fut un temps, pendant lequel on ne jouissait pas d’assez de liberté d’expression au point que le respect était synonyme de non discussion et la discipline se mesurait par la prédominance de l’obéissance mais généralement avec nos tempéraments inapprivoisé et indompté et nos caractères impatients et rebelles, cela déclenchait de la révolte et des fréquents tumultes ainsi que d’importants désordres dans nos lycées et collèges. Les grèves rituelles des élèves du secondaire dans les lycées pendant les années 80 étaient bien le témoin de cette rébellion, plutôt sur l’autorité démesurée du système que par rapport à des revendications sociales.

Les conséquences étaient bien connues : suspensions et exclusions du système éducatif ! et c’est la disgrâce et la rue et les cafés abondants qui accueillent les révoltants pour en faire des délinquants.

Souvent ce sont des jeunes pleins de belles promesses qui se trouvent jetés dans l’ombre. Ils perdent leurs richesses naissantes et transforment leurs génies et intelligences en escroquerie et malhonnêteté. Le talentueux devient démon respirant mépris pour la société, soufflant inconsidération contre le système tout en ramenant de l’angoisse aux cœurs de ses parents.

Par l’insouciance de mon jeune âge, j’ai risqué de tomber dans les mêmes trébuches et je t’assure par la sincérité de mon amour que je te porte, qu’il y a peu de maux que je regrette amèrement, que je désapprouve ardemment et qui ont faillit me faire rater ma vie … et que tu ne seras pas là à cet instant pour te raconter tout cela et te faire part de mon histoire … de mon expérience.

Mon Cher fils,
Ce n’est pas parce que je suis tendrement rattaché à ta présence dans ma vie et que je suis indulgent dans la satisfaction de tous tes désirs raisonnables que je ne pourrais pas être très dur et incapable de me retenir contre tes envies que tout père désire satisfaire.
Quoi que j’ai totalement confiance en toi, je me permets de t’avertir sentencieusement de la gravité de tenter pareilles dérives. Je te donne à l’avance l'avertissement solennel que je n’accepterai jamais que tu te soumettes à pareilles circonstances défavorables. Je ne serais pas capable d’accepter telles indignations et mes décisions seront irrévocables et pèseront lourd sur le restant de ta vie !

Saches mon cher enfant, que je t’admire et que je te couvre avec toute ma bienveillance pour que tu puisses réussir ta vie et que tu parviennes à réaliser tous les rêves que tu as déjà tracé et imaginé dans ta petite tête. Chaque fibre de mon âme et de mon cœur te soutiendra dans tout ce que tu entreprendras de beau et de raisonnable … pour ce qui arbitraire et démesuré, je ne t’empêche pas mais ce n’est pas la priorité, et puis surtout ne compte pas sur moi, j’ai mes propres illogismes à gérer.

Je suis loin d’être le parrain de la rigueur excessive, je te laisse beaucoup de degrés de liberté … seulement sois digne de cette confiance... et puis n’oublie pas de tenir compte du tyran qui se cache sous mon burnous :).

Bonne chance mon Bonhomme !

samedi 24 septembre 2011

Mon Dieu ... Soleil !


Le ciel est en feu et les nuages brûlent par l'intensité d'une rugissante flamme. Les couleurs couvrent le spectre de lumière, du rouge le plus clair au bleu le plus sombre en traversant l’oranger ardent. L’astre du ciel dans son mouvement lent prend son temps pour illuminer la mer et éclairer le ciel. Il ne veut pas s’arrêter pour un moment et devenir une éternité … il déteste rester suspendu dans le vide inoccupé !

Les levers de soleil à la mer ne peuvent pas avoir la même beauté que ceux de la terre ferme, ils sont plus magnifiques … les nuages s’ornent de pourpre, d’orange et de rose et nous mènent vers un monde magique !

Il y a quelque chose d’énigmatique dans mon être qui m’attire inexplicablement aux mouvements du lever et du coucher du soleil, quelque chose de profond dans ma substance qui devient immortelle avec la naissance de la lumière dans toute sa pléthore de couleurs et textures … et même après le déclin de l’astre elle reste immuable. Peut-être que c'est en rapport avec la fin symbolique d'un autre jour pour recommencer un autre de nouveau !. C’est peut-être aussi avec ma nature toujours optimiste et très positive.

Ce matin … un peu tard … tout seul sur le pont supérieur du navire. Je regarde autour de moi et ainsi j'ai été emporté par la beauté des cieux et j'ai pris des dizaines de photos. Je n'oublierai jamais ces moments. Je n'oublierai jamais ce matin quand j’ai vu les rayons de lumière du soleil à travers une nuée de nuages percer le ciel comme un phare dans l’obscurité de la nuit. Dieu exerce son talent d’artiste par les tableaux qu’il nous dessine dans la nature. A chaque matin, il peint pour nous le monde avec des nouvelles nuances.

En présence de telle beauté dans cette aquarelle divine, je regrette de m’être levé tard, peut être que je viens de rater "Le Rayon Vert" ! Je l’avais déjà vu une fois lors d’un coucher de soleil sur la mer … un éclat presque mythique de feu vert qui se produit un court moment juste avant la plongée du soleil en-dessous de l'horizon ou lors de son émersion au-dessus de la surface de l'eau.

Mon Lucifer étant présent, je reprends mes Divagations. Ne pensez surtout pas que je suis incrédule ou mécréant mais j’éprouve toujours un fort sentiment de me perdre dans des questionnements hors raisonnement cloitré par les dogmes religieux ... et cette vision sublime incite mon inspiration à vaguer dans les délires.

Dans beaucoup de croyances anciennes, l’aurore et le crépuscule ont été considérés comme le voile le plus mince qui sépare les deux mondes, celui de la Vie et celui de "l’Autre Monde". Dans les légendes égyptiennes, le lever de soleil était le moment de la réapparition de Ra dans l'horizon, une nouvelle victoire remportée sur "Les Forces des Ténèbres" et un retour triomphal "Des Mondes souterrains des Morts-vivants".

Ces croyances ont évolué de la même façon dans tant de cultures séparées même par les océans. Ce qui devait s’expliquer par le fait que ces sentiments sont natifs de l'inconscient humain collectif, et que le lever de soleil déclenche des changements profonds dans notre psyché commune. De nos jours, certains, je veux dire la plupart y sont tellement habitués, qu’ils ne voient rien de particulier, sauf un simple phénomène naturel d’alternance du jour par rapport à la nuit. … Et la nuit a perdu de sa sainteté et de son pouvoir horrifique qu’elle avait jadis ; mais à jamais nous restons ébahis, immobiles et attiré instinctivement vers un magnétisme inconnu à la vue d'un lever de soleil sur une étendue d’eau infinie.

Peut-être que c'est tout simplement l’effet de la fascination des couleurs pastels du ciel, la diffusion subtile des nuances, la texture ouatée des nuages lorsqu’ils reflètent, couche par couche des teintes radiantes et lumineuses, des roses éthérés et des violets légers, aux ambres profonds et les différents tons du rouge cramoisi.

Aucun écrivain ou poète ne peut décrire la vue magnifique des couleurs brillantes du ciel à l’aube d'un matin calme d’un automne prématuré.  L’assortiment des couleurs m’éblouit et ma créativité se trouve anéantie, incapable de faire couler mes mots comme il le faut.
Le panorama me tient captif et je regarde encore avec fascination ces palettes de couleur et je loue l’Artiste Créateur. Ni Delacroix, ni Monet, ni Renoir ; ni Gauguin, ni Van Gogh, ni Cézanne n’ont été capables de reproduire telles couleurs dans des toiles éternelles.

Que nous soyons des Croyants à l’être suprême ou simplement dans le Chaos et l’Evolution, les couleurs et les teintes majestueuses d'un lever de soleil radiant nous rappellent toujours la beauté de ce monde. Peut-être que c'est ce rapport avec le macrocosme et surtout avec cet astre qui régularise le rythme de notre vie qui pousse nos pensées à s’élever vers un niveau métaphysique, en nous permettant d'oublier pour quelques moments les détails insignifiants de nos vies matérielles.

Peu importe comment nous pouvons interpréter un lever de soleil. Que nous le justifions à travers la science, la description d’une toile divine ou simplement l’expliquer de manière spirituelle, nos mots et nos coups de pinceau ne pourront jamais capturer et reproduire cette magie éternelle !.

Rechercher dans mes Blogs

meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic